L’AI s’invite au G7 à Biarritz. Le G2IA s’affiche

Août 27, 2019 | Al | 0 commentaires

L’AI bien décidée à faire entendre sa voix au G7. Sur le devant de la scène, le G2IA, le «GIEC de l’intelligence artificielle». Aux commandes, la France et le Canada.  

Le G2IA invite les leaders politiques du G7 à se concentrer sur deux défis majeurs de la transformation numérique : garantir des rapports de confiance dans les flux de données d’un Etat à un autre et assurer un développement éthique et responsable de l’AI.

Pour relever ces challenges, diverses organisations, dont le G2IA, soutiennent une série de recommandations. A l’instar du premier ministre japonais à Davos en janvier dernier, l’industrie numérique mondiale préconise aux Etats la mise en place d’un système de DFFT (Data Free Flow with Trust), c’est-à-dire d’un système de circulation des données basé sur la confiance et la collaboration, facteurs clés d’une croissance mondiale pérenne.

S’accorder sur des lignes de conduite éthiques

Le principe de confiance est encore plus sensible pour l’AI. A cet effet, l’OCDE, l’Union européenne, les gouvernements français, canadien, japonais et d’autres n’ont négligé aucun effort en vue de s’accorder sur des lignes de conduite éthiques et des principes visant à mettre l’IA au service de l’Homme.

Dans cet esprit, la Commission européenne a par exemple développé un processus agile d’expérimentations de type «bac à sable» : la grille d’évaluation aussi complète que détaillée qu’elle a publiée permet à toute entreprise qui le souhaite de mettre les principes éthiques pour l’AI à l’épreuve des réalités micro-économiques au cours de cette phase d’évaluation.

Un accès non-discriminatoire au marché et à l’innovation

A cet égard, le G2IA pourrait fournir un cadre propice à l’encouragement d’une coopération mondiale dans l’innovation, la recherche et l’investissement. Quatre recommandations ont été formulées.

> Communiquer et aligner les approches et les politiques relatives aux conduites éthiques, y compris les travaux effectués au niveau national, de l’OCDE et de l’Union Européenne lors du sommet du G7. L’objectif est d’assurer une conception et un déploiement éthique et responsable des systèmes d’IA, notamment en s’attaquant aux mécanismes de sécurité, en utilisant des données vérifiées et représentatives, en promouvant la transparence et en permettant une plus grande interopérabilité.

> Soutenir le développement et l’utilisation de standards mondiaux communs et conçus par des acteurs du secteur en vue de favoriser l’interopérabilité et un accès non-discriminatoire au marché et à l’innovation.

> Faciliter l’usage des données et leur accès sous un format ouvert et utilisable pour des applications d’AI, en vue de susciter l’innovation et la compétitivité, et de stimuler les opportunités pour les PME.

> Promouvoir la coopération dans les domaines de la recherche et de l’innovation pour soutenir les compétences numériques des jeunes générations et des actifs ayant besoin d’acquérir de nouveaux savoir-faire. La mise en place de programmes permettant l’échange de chercheurs entre universités faciliterait également de nouvelles formes de coopération et la possibilité de développer des solutions d’AI pour une société durable.

Ces articles parlent de "Artificial Intelligence"

Artificial Intelligence, Deep Learning, Machine Learning

Follow this topic

Summary
L'AI s'invite au G7 à Biarritz. Le G2IA s'affiche
Article Name
L'AI s'invite au G7 à Biarritz. Le G2IA s'affiche
Description
L'AI bien décidée à faire entendre sa voix au G7. Sur le devant de la scène, le G2IA, le «GIEC de l'intelligence artificielle». Aux commandes, la France et le Canada.
Author
Publisher Name
Solutions Magazine
Publisher Logo