C’est la rumeur de l’été. Et si cédait ses z Systems à son concurrent Hitachi… Pourquoi pas ? Le scénario tient.

IBM en discussion avec Hitachi. IBM négocierait en ce moment la cession de son activité mainframes à son concurrent japonais. En cause, le désamour du marché pour ce type de systèmes. Le mainframe n’a plus la cote. Au cours du dernier trimestre, l’activité a connu chez Big Blue son plus bas : les ventes de z Systems ont dégringolé de 40%, tandis que celles des serveurs Power (UNIX) reculaient de 24%.

Les PC, les serveurs x86, probablement les serveurs de haut de gamme et, pour finir, les mainframes… Le constructeur IBM céderait la place au prestataire de services IBM. Si l’opération se confirme, Big Blue aura été le premier acteur du marché à changer complètement de visage.

Candidat repreneur des z Systems ? Hitachi. Aucun autre acteur du marché ne connait aussi bien les mainframes que le conglomérat centenaire. Aujourd’hui plus connu dans le stockage, le géant nippon a pourtant été un précurseur dans les grands systèmes informatiques. D’abord, voici cinquante ans, avec les HITAC8x00, puis les systèmes M. Ces grands systèmes ont longtemps rivalisé en performances avec ceux de IBM jusqu’à ce que Hitachi commence à perdre pied dans les années nonante avec la bascule des grands systèmes IBM en technologie CMOS -les fameux S/390 9672 en 1994. Cela dit, les relations n’ont pas été rompues pour autant. Hitachi produit toujours, en OEM, les Power d’IBM (UNIX).

Mais y-t-il encore place pour des mainframes ? Non, selon la concurrence. Mais c’est une vision partielle et partiale. Le besoin est encore réel -des acteurs comme NRB ou Sogeti en vivent bien ! En plus d’un demi siècle, le mainframe n’a cessé d’évoluer. Le z 13, dernier en date, résulte de cinq ans de travail et un milliard USD d’investissement. Et IBM d’argumenter : le z 13 est taillé pour le privé ou hybride et s’avère être 32% moins cher par rapport à une solution reposant sur une architecture x86. A ce niveau, Hitachi est plutôt bien positionné. Aucun autre acteur du marché n’est aussi spécialisé dans les environnements MVS, IMS, CICS, VM / CMS, ni aussi engagé dans le monde Intel. Par le portage du système d’exploitation et des logiciels pour Intel, Hitachi peut libérer ce marché de la technologie du matériel propriétaire, tout en conservant le contrôle du logiciel. L’astuce sera de l’héberger sur une plate-forme qui peut répartir la charge entre les lots de processeurs et de fournir la fiabilité et la redondance souhaitée.

A la clé, des mainframes beaucoup moins chers. Et, pour les clients, la possibilité d’héberger leurs applications mainframe sur la même plateforme que leurs applications non-mainframe. La question aujourd’hui, maintenant qu’on parle de cession, est de savoir pourquoi IBM n’a pas pris les devants voici quelques années…

Sommaire
IBM prêt à céder ses mainframes à Hitachi
Titre
IBM prêt à céder ses mainframes à Hitachi
Description
C'est la rumeur de l'été. Et si IBM cédait ses mainframes z Systems à son concurrent Hitachi... Pourquoi pas ? Le scénario tient.
Auteur
Editeur
Solutions Magazine
Logo