Coûts du cloud, nouvelle offensive d’Oracle

Mai 20, 2020 | Cloud, Latest | 0 commentaires

Avec son calculateur de coûts, Oracle défie AWS sur le terrain des prix. Objectif : démontrer que son cloud est moins cher pour de nombreuses applications.

Ce n’est pas le premier calculateur de coûts. Mais, comme souvent, Oracle se montre offensif. En particulier vis-à-vis d’AWS, qui règne toujours en maître. Avec l’Oracle Cloud Workload Cost Estimator, lancé cette semaine, Oracle entend faire la différence entre Oracle Cloud Infrastructure et Amazon Web Services en comparant des pommes avec des pommes, comme le note Barb Darrow, Senior Director of Communications, Oracle, dans un article de blog.

«C’est un secret de polichinelle dans les cercles du cloud computing qu’entrer des données dans un cloud donné est bon marché -en fait, c’est généralement gratuit. Mais l’obtention de données depuis un cloud est quelque chose de complètement différent. Les fournisseurs de cloud traditionnels facturent de lourds suppléments pour les flux de données ou ce qu’ils appellent l’extraction de données…»

Au mieux, déterminer le véritable coût du cloud computing est difficile au mieux, au pis exaspérant. Il y a tellement de variables dans les processeurs, la mémoire, le stockage et la bande passante réseau que déterminer le coût de la charge de travail proposée dans le cloud peut être un exercice futile. «Et, pour aggraver le problème, de nombreux coûts peuvent ne pas être apparents au début, mais provoquer des nuits blanches une fois qu’ils se sont manifestés.»

Evaluation complète

De là l’idée d’un calculateur cloud qui évalue le prix des ressources dont on a besoin avant le déploiement réel. «Nous pensons que vous serez surpris par les résultats, qui montrent qu’Oracle est une option plus rentable -moins chère- pour de nombreuses applications hautes performances», renchérit Barb Darrow.

Le calculateur évalue non seulement le coût de l’informatique et du stockage, mais aussi les IOPS (entrée / sortie de données par seconde) et la transmission de données hors du cloud. Ce dernier facteur, appelé sortie de données, est souvent un joker. En effet, les sociétés de cloud computing traditionnelles facturent une majoration après la sortie d’une quantité donnée de données. Donc, une fois ce chiffre mensuel magique atteint (1 Go pour AWS), les frais de sortie de données entrent en jeu. Chez Oracle, le compteur ne commence à fonctionner qu’après 10 000 fois plus de sortie de données -ou 10 To- par mois. De plus, le prix unitaire des données supplémentaires est bien inférieur à celui pratiqué par AWS, soutient Oracle.

Intéressant pour les applications gourmandes

«Ces frais de mise en réseau ne sont pas des changements de taille, poursuit Barb Darrow. Et si votre entreprise diffuse quotidiennement des vidéos -une application très gourmande en données- à des milliers d’utilisateurs, votre transmission vidéo devient assez coûteuse assez rapidement.»

Et de citer l’exemple de 8×8, société de streaming vidéo. Lorsque cette société a intensifié ses capacités pour répondre à la demande croissante durant la pandémie de COVID-19, le seuil quotidien de données sortantes a rapidement dépassé 1,5 PB (1500 To). Et là, la comparaison a été flagrante : plus de 80.000 USD en utilisant AWS contre environ 13.000 USD sur Oracle Cloud Infrastructure…

Des différences de coûts flagrantes

Si vous avez une base de données ou une autre application qui nécessite un flux de données très rapide du CPU vers et hors du stockage, l’estimateur de charge de travail comprend un module IOPS qui vous permet d’explorer comment Oracle Cloud Infrastructure se compare à AWS dans cette dimension également.

Donc, si vous avez besoin de 10 To de stockage en bloc, AWS se connecte à 47 872 USD par mois, contre 609 USD par mois pour Oracle Cloud Infrastructure. Cela signifie qu’Oracle facture 97 % de moins pour les IOPS que le chef de file supposé des coûts, insiste Barb Darrow.

«Utilisez la calculatrice pour concevoir l’implémentation de vos rêves (n’oubliez pas d’inclure des charges de travail importantes) à partir de zéro, puis exécutez vos propres comparaisons. Vous constaterez qu’Oracle Cloud offre les meilleures performances de prix pour la plupart des scénarios de cloud computing les plus courants.»

 

 

Ces articles parlent de "Cloud"

Private cloud, Public cloud, Hybrid cloud, Multi-cloud

Follow this topic

Summary
Coûts du cloud, nouvelle offensive d'Oracle
Article Name
Coûts du cloud, nouvelle offensive d'Oracle
Description
Avec son calculateur de coûts, Oracle défie AWS sur le terrain des prix. Objectif : démontrer que son cloud est moins cher pour de nombreuses applications.
Author
Publisher Name
Solutions Magazine
Publisher Logo