pas à vendre. , pourtant, veut y croire. en embuscade

par | Avr 4, 2018 | Business | 0 commentaires

VOO tombera-t-il dans l’escarcelle d’Orange ? Au siège de , c’est non. Un dossier plus politique qu’économique. En embuscade, Telenet attend.

VOO dans le collimateur d’Orange. Rien de nouveau. L’opérateur français a simplement officialisé son ambition. Et, tout aussi simplement, la filiale de Nethys a réagi, en rappelant «à nouveau que VOO n’est pas à vendre». Un message adressé aussi bien à Orange qu’à Telenet.

En fait, VOO ne fait que répondre au courrier du groupe Orange adressé à Stéphane Moreau le 26 mars, présentant «une offre chiffrée» pour un rapprochement des activités télécoms et médias. «Nous considérons que les atouts respectifs de nos deux groupes, leurs ambitions en Wallonie et leur complémentarité offrent une opportunité unique de combiner nos forces pour donner naissance à un acteur majeur au sud du pays et contribuer au développement numérique de la région», avaient écrit Michaël Trabbia, CEO, Orange , et Gervais Pellissier, directeur général délégué en charge de la zone Europe pour Orange Groupe.

Trois jours plus tard, le groupe français confirmait, dans un communiqué, «son intérêt pour un partenariat industriel avec Nethys et Brutélé», qui opèrent tous deux des réseaux de municipalités sous la marque VOO. De fait, pour avancer en Belgique, Orange doit se renforcer dans l’Internet fixe, son point faible. Car si, avec environ 3 millions d’abonnés, il possède près du tiers du marché des communications mobiles, il ne compte qu’un peu plus de 120.000 abonnés à l’Internet fixe, soit une part de marché de 3%… en passant par les infrastructures de câble de Telenet et de VOO !

L’opérateur français est d’autant plus coincé qu’il paie cher son approvisionnement, un prix de gros qui ne cesse de s’envoler. Orange s’en est d’ailleurs plaint auprès de l’IBPT. «On reste largement dans une situation de duopole», avait-il laissé entendre dans une interview à La Libre.

Si Orange revient aujourd’hui à la charge c’est qu’il compte sur l’évolution du contexte, à savoir l’examen des actifs de Nethys par ses actionnaires. Sous la pression du politique, tout l’édifice construit patiemment par Stéphane Moreau pourrait être réévalué. Il est question d’une «vente par appartements», qui pourrait être accélérée à la veille des prochaines élections.

Reste que si Orange est pressenti pour racheter VOO pour autant que le réseau soit mis en vente, l’opérateur français serait plus que probablement en concurrence avec son rival Telenet, intéressé à disposer d’une vraie couverture nationale. Bref, quand bien même le groupe Nethys est chahuté, Stéphane Moreau garde la main.

Newsletter

Dans solutions Magazine de Mars

Solutions Magazine consacrera bientôt des dossiers spéciaux sur : GDPR, Collaboration & Video, Home Protection

> Je désire de la visibilité sur ce sujet
> M'abonner au mensuel papier

Pub

EMC

 

Sommaire
VOO pas à vendre. Orange, pourtant, veut y croire. Telenet en embuscade
Titre
VOO pas à vendre. Orange, pourtant, veut y croire. Telenet en embuscade
Description
VOO tombera-t-il dans l'escarcelle d'Orange ? Au siège de Nethys, c'est non. Un dossier plus politique qu'économique. En embuscade, Telenet attend.
Auteur
Editeur
Solutions Magazine
Logo