Standardiser et flexibiliser : le grand écart des entreprises belges

par | Sep 26, 2016 | Expérience, Nouvelles récentes, Top Banner | 0 commentaires

Une étude de SecureLink met en évidence le double défi de nos entreprises : standardiser et flexibiliser.

Deux tendances se dégagent nettement dans ces entreprises : 50% des grandes entreprises belges doivent standardiser leur IT et 70% cherchent à flexibiliser. «Cette double quête de flexibilité et de standardisation accrue semble contradictoire, mais elle reflète parfaitement le formidable défi auquel ces entreprises sont confrontées, explique Ellen Le Beer, Marketing Manager, . Tout le monde veut travailler de manière flexible, mais constate en même temps que cela n’est pas possible sans cadre de référence. Parmi les avantages de la standardisation, on peut citer la facilité de gestion, l’uniformité et la vitesse. Mais dans presque tous les cas, la standardisation se fait au détriment de la flexibilité. Il faut donc trouver le juste équilibre entre les deux !», 

De nombreuses entreprises sont actuellement en pleine «transition». Abandonnant une structure organisationnelle classique en silos, elles s’efforcent d’évoluer vers une nouvelle manière de travailler, une nouvelle organisation, voire de nouveaux business models. Les changements au niveau de l’infrastructure IT sont à la fois le fruit de cette transition et un moyen de réaliser cette dernière, constate SecureLink.

La grande majorité des entreprises ayant participé à l’enquête ont déjà changé de cap, et portent désormais toute leur attention sur une stratégie de long terme plutôt que sur la gestion au quotidien et les interventions ponctuelles pour «éteindre les incendies». Dans la foulée de cette évolution, le département IT a un rôle clé à jouer pour «faciliter» des adaptations rapides et flexibles au business model.

«‘From fragility to agility’ : voilà comment on pourrait qualifier cette évolution, où une infrastructure lourde et rigide, conçue principalement dans une perspective opérationnelle et réactive, va céder la place à un environnement dynamique et flexible, capable d’introduire rapidement des changements innovants dans l’organisation», poursuit Ellen Le Beer. En d’autres termes, les silos traditionnels vont peu à peu disparaître pour laisser la place à une architecture modulaire, où l’on pourra ajouter rapidement de nouvelles applications et refaçonner les processus de gestion en un tournemain.

Interrogées sur les principaux défis IT, les grandes entreprises belges ont identifié trois chantiers majeurs et prioritaires. Le premier, la . Pour 81% des entreprises, la est une priorité incontestable; 54% de ces entreprises se soucient de la de l’utilisateur final. Priorité numéro deux pour 55% des répondants : le .
Priorité numéro trois : la 
(42%). Au centre : l’utilisateur.
Un aspect revient systématiquement dans la plupart des réponses : l’attention permanente réservée à l’utilisateur final -qui peut être aussi bien le client que le collaborateur. «On constate clairement un changement de cap dans la focalisation du département IT au sein d’une organisation. L’un des répondants n’a pas caché qu’il était actuellement occupé à sensibiliser tout son environnement IT à l’importance du client», ajoute encore Ellen Le Beer.

Recevez les prochains articles par email, tous les mardi

Newsletter

Dans solutions Magazine de Mars

Solutions Magazine consacrera bientôt des dossiers spéciaux sur : GDPR, Collaboration & Video, Home Protection

> Je désire de la visibilité sur ce sujet
> M'abonner au mensuel papier

Pub

EMC

 

Sommaire
Standardiser et flexibiliser : le grand écart des entreprises belges
Titre
Standardiser et flexibiliser : le grand écart des entreprises belges
Description
Une étude de SecureLink met en évidence le double défi de nos entreprises : standardiser et flexibiliser.
Auteur
Editeur
Solutions Magazine
Logo