Projet blockchain : commencez par évaluer le cas d’usage !

par | Août 3, 2018 | Expérience | 0 commentaires

Ne pas chercher la techno pour la techno, mais bien la blockchain au service d’un usage réel qui répond à des besoins bien identifiés, insiste , responsable du Fujitsu Blockchain Innovation Center à Bruxelles.

Si l’on en croit la fameuse courbe d’adoption de Gartner, la blockchain a passé le pic des attentes démesurées pour se confronter à la réalité des faits avant d’atteindre le plateau de productivité.

«Nous en sommes là. Pour beaucoup, encore, quand on parle de blockchain, la technologie est synonyme de Bitcoin. C’est l’arbre qui cache la forêt», illustre Frederik de Breuck, Presales Director and Business Assurance BeLux, Fujitsu, par ailleurs responsable du Fujitsu Blockchain Innovation Center à Bruxelles. En réalité, la blockchain applique le principe de registre distribué, qui permet de certifier et de garantir un échange, quel qu’il soit. Cela peut être une unité de compte, un certificat d’énergie, une certification… Et si la notion de registre distribué est ancienne, les nouvelles technologies, la rapidité des processeurs, l’amélioration de la mémoire et des réseaux ont rendu ces technologies exploitables et de façon très pertinente. C’est tout l’enjeu.

Certains freins limitent encore le déploiement des blockchains privés. Ainsi, la complexité est d’intégrer la blockchain au sein d’un écosystème, d’assurer son intéropérabilité avec d’autres technologies et des objets connectés. Toute la question est de s’assurer que les informations inscrites dans la blockchain sont fiables. Si un objet connecté envoie des informations à une blockchain, comment être sûr que celui-ci n’est pas piraté ? Enfin, la reconnaissance juridique de la blockchain et notamment des smart contracts, sorte de contrat automatique rattaché à une blockchain, reste à déterminer. Rien n’est stable. «Quant à l’arrivée de la RGPD, poursuit Frederik de Breuck, elle soulève de nouvelles questions. Comment une technologie dont le principe est d’empêcher la suppression et la falsification des données peut-elle coïncider avec une loi qui prône le droit à l’oubli, c’est-à-dire la suppression des données numériques ?»

Le recours à la blockchain n’a d’intérêt que dans 20% des cas

On peut légitimement se poser la question des limites techniques de la blockchain. Il n’en reste pas moins que les cas d’usage auxquels elle pourrait ouvrir la voie, se déploieront… avec elle ou avec toute autre technologie alternative.

Certains exemples d’utilisation de la blockchain apparaissent ainsi plus faciles à implémenter avec, à la clef, des gains considérables. D’autres applications semblent plus risquées au regard des bénéfices attendus. «Lors des phases d’idéation, il ressort que le recours à la blockchain n’a d’intérêt que dans 20% des cas par rapport à une autre solution technologique. C’est peu, constate Frederik de Breuck. Tout l’enjeu, quel que soit le secteur d’activité, sera d’identifier les cas d’usage qui permettront de tirer son épingle du jeu, quitte à se tromper et à en explorer de nouveaux. Bref, la première exigence est d’avoir un cas d’usage pertinent de base; il constituera le socle du projet que vous pourrez enrichir. Par expérience, je déconseille fortement l’exploration à la ‘on verra bien ce que l’on aura’ sous couvert de méthode agile…»

Concrètement, il s’agira de déterminer le périmètre exact du projet et ses ambitions afin de limiter les changements de cap ou les malentendus en cours de route. Ensuite, il faut s’assurer de son utilité pour l’entreprise. Il ne faut pas chercher la techno pour la techno, mais bien la blockchain au service d’un usage réel qui répond à des besoins bien identifiés, insiste Frederik de Breuck. Attention à se poser les bonnes questions : ce projet peut-il fonctionner sans blockchain ? Cette technologie est-elle la plus adaptée dans ce contexte ?

Les cas d’usages sont-ils pertinents ?

A la façon de l’internet, la blockchain n’apporte pas d’innovation technologique en soi, mais combine des technologies existantes de manière pertinente pour susciter l’apparition de cas d’usage et de modèles d’affaires innovants, dans de nombreux secteurs. En soi, la blockchain n’est pas une finalité. Tout dépend, encore une fois, des cas d’usages. Sont-ils pertinents ? Et, in fine, pour quels bénéfices ? La blockchain c’est guère plus de 20% de technique, l’effort portera essentiellement sur un ensemble d’autres expertises. «Même si l’expérimentation est concluante d’un point de vue technique, elle risque de ne pas pouvoir être déployée pour des blocages réglementaires, avertit Frederik de Breuck. Ici, pour certains projets que nous menons à Bruxelles pour des multinationales, il nous faut tenir compte de l’impact du Brexit…»

Sécurité, immutabilité, disponibilité, transparence, mais également possibilité d’automatiser à moindre coûts des processus aujourd’hui fastidieux sont les principaux attraits de la blockchain. Ils se déclinent sur une multitude de cas d’usage, de la production à la fourniture, en passant par les fonctions support : traçabilité des actifs et des interventions, gestion des alertes des objets connectés, transparence des échanges, capacité à gérer des micro-transactions et à réconcilier les flux… Pour l’ensemble de ces activités, la blockchain permettrait d’optimiser les processus, de réduire les coûts de gestion et d’améliorer l’expérience client.

«Je dirais aussi que la blockchain n’a d’utilité que s’il existe un manque de confiance a priori entre les acteurs, enchaîne Frederik de Breuck. C’est la distribution du registre qui garantit la fiabilité des transactions. S’il n’y a qu’un seul acteur, c’est différent. Ceci dit, l’usage de la technologie peut néanmoins -mais exceptionnellement- se justifier. En revanche, certaines promesses de ‘révolutions’ dans des secteurs à multiples acteurs ont plutôt tendance décrédibiliser ceux qui les font… Face à l’engouement de certains, il faut pouvoir refuser : la blockchain n’est pas et ne sera jamais un passage obligé

Le go viendra de la direction qui jugera tout de suite la pertinence du projet

La blockchain est l’internet de la valeur et de la transaction. Mais nous n’avons pas encore une idée précise de son plain potentiel. «Nous avançons comme en l’an 2000 quand on nous demandait d’expliquer en trois mots le potentiel énorme du réseau à des interlocuteurs qui en ignoraient tout ! C’est donc moins un projet IT qu’un projet d’entreprise.» C’est davantage avec les responsables métiers qu’il faut discuter : production, vente, marketing… sans oublier la direction. Le go viendra de la direction qui jugera tout de suite la pertinence du projet. C’est là, d’ailleurs, qu’on pourra juger de l’intérêt pour l’innovation. Certaines organisations n’acceptent pas les ruptures, observe le responsable du Fujitsu Blockchain Innovation Center. «A quoi bon manipuler la blockchain si c’est pour continuer à faire comme avant ?»

Bref, il n’est pas question d’isoler un projet de blockchain. Tout projet est lié à un écosystème -souvent avec des co-opétiteurs. Et là, la question de la gouvernance va devenir primordiale. Car nul ne sait aujourd’hui quelles blockchains résisteront au temps, quels standards s’imposeront.

Si les blockchains évoluent, peu encore ont atteint une stabilité technologique suffisante«L’évolution rapide de la technologie est un domaine dans lequel des entreprises comme la nôtre ont un rôle à jouer pour aider les clients à travailler sur des plates-formes stabilisées ou à mettre en place les processus d’adoption rapide nécessaires pour garantir une abstraction suffisante sans trop affecter l’entreprise dans son fonctionnement», estime encore Frederik de Breuck.

En termes de compétences, cela signifie qu’il faudra trouver des développeurs et des chefs de projets capables de se former, de suivre les changements, d’analyser les évolutions pour tenter de séparer les blockchains pérennes des autres et pour suivre les évolutions techniques.

Certes, un projet blockchain peut n’avoir comme but que de ‘tremper le pied dans l’eau’. Mais dans ce cas, prévient Frederick de Breuck, il faut avoir à l’esprit que les enseignements et les compétences du jour ont une forte probabilité de ne pas être celles de demain.

Alors, se lancer ou pas ? Les projets -même abandonnés- valent tout de même le coup. Ils entrainent un exercice d’acculturation et de réflexion sur la manière de faire les choses différemment. C’est peut-être là, aujourd’hui, le bénéfice numéro 1 de la blockchain.

 

Newsletter

Dans solutions Magazine de Mars

Solutions Magazine consacrera bientôt des dossiers spéciaux sur : GDPR, Collaboration & Video, Home Protection

> Je désire de la visibilité sur ce sujet
> M'abonner au mensuel papier

Pub

EMC

 
 

Kompass
Sommaire
Projet blockchain : commencez par évaluer le cas d'usage !
Titre
Projet blockchain : commencez par évaluer le cas d'usage !
Description
Ne pas chercher la techno pour la techno, mais bien la blockchain au service d'un usage réel qui répond à des besoins bien identifiés, insiste Frederik de Breuck, responsable du Fujitsu Blockchain Innovation Center à Bruxelles
Auteur
Editeur
Solutions Magazine
Logo