Orange, l’opérateur télécom français, qui fait du lancement de sa banque mobile en 2017 l’un de ses chantiers prioritaires, va racheter 65% de la banque en ligne créée par l’assureur Groupama. En Belgique, Mobistar proposera-t-il aussi des services bancaires ? Et Orange Luxembourg ? Officiellement, c’est «no comment». Pourtant, par leur taille, les marchés belge et luxembourgeois pourraient servir d’aire de lancement. A condition, pour commencer, que devienne enfin

, le PDG d’Orange, veut aller vite. Si Groupama Banque n’était pas son premier choix, il s’agit d’«une infrastructure bancaire de grande qualité, qui dispose de tous les agréments et d’un parc de clients existants», note l’opérateur.

Prenant en charge «les activités de banque au quotidien, l’épargne, ainsi que les crédits et l’assurance», la «nouvelle» structure ouvrira finalement ses portes en 2017 dans l’Hexagone, avant de s’implanter rapidement sur les marchés voisins.

Sur la base des services d’ores et déjà offerts par Groupama Banque, Orange entend «apporter son savoir-faire dans le digital pour développer une offre 100% mobile adaptée aux nouveaux usages des clients des deux partenaires». Objectif : «dépasser les applications bancaires actuellement disponibles sur les smartphones pour transformer le mobile en véritable agence de banque et d’assurance toujours présente dans votre poche. Cela ne signifie pas, cependant, qu’Orange Banque sera un établissement totalement dématérialisé. Une présence physique sera assurée en s’appuyant «sur le réseau de proximité des boutiques Orange et des agences Groupama et ».

Les Boursorama, filiale de la Société Générale, et autres banques en ligne n’ont qu’à bien se tenir. Selon le Boston Consulting Group, elles font à peine un peu d’ombre aux banques traditionnelles. Orange, pour sa part, avance deux atouts majeurs. Le premier concerne sa base de 28 millions de clients et son réseau de distribution de quelque 850 boutiques très fréquentées. Sa solution de paiement mobile Orange Cash, lancée en octobre dernier, «dépasse les attentes avec une croissance à trois chiffres du nombre d’utilisateurs actifs».

Le second atout, le plus différenciant, concerne son cœur de métier : la mobilité ! Orange connaît en effet par cœur l’ensemble des problématiques de ce qui est devenu le premier point de contact des clients avec leur banque. Au printemps dernier, Société Générale indiquait ainsi que 90% de ses interactions avec ses clients se faisaient par internet ou mobile, ce dernier représentant deux tiers des 700 millions de connexions par an. Orange dispose donc avec le mobile d’un levier puissant pour développer des fonctionnalités moins familières aux banques qui n’ont en outre pas la maîtrise spontanée de la gestion des cartes SIM.

Il reste néanmoins à transformer l’essai. Le marché émergent de la banque mobile est en effet semé d’embûches. «Les ambitions affichées par Orange peuvent faire penser à celles de certains distributeurs qui se faisaient fort de dominer le marché des télécoms en devenant opérateur de réseau mobile virtuel », rappelle un observateur averti. L’avenir a montré que les choses n’étaient pas si simples.

 

 

Sommaire
Orange Banque. Et bientôt Mobistar Bank ?
Titre
Orange Banque. Et bientôt Mobistar Bank ?
Description
Orange, l'opérateur télécom français, qui fait du lancement de sa banque mobile en 2017 l'un de ses chantiers prioritaires, va racheter 65% de la banque en ligne créée par l'assureur Groupama.
Auteur
Editeur
Solutions Magazine
Logo