Les logiciels d’IBM sous forme de Cloud Paks

Août 5, 2019 | Cloud | 0 commentaires

Tout devient cloud. IBM transforme son portefeuille de logiciels en cloud-native. Reposant sur OpenShift, les Cloud Paks pourront fonctionner sur tous les clouds.

Avec ses Cloud Paks, IBM entend permettre aux entreprises de créer des applications critiques et de les exécuter sur des clouds privés comme sur des clouds publics de type Amazon Web Services, Microsoft Azure, Google Cloud Platform, Alibaba et, bien sûr, IBM Cloud. La transformation signifie que les logiciels IBM vont pouvoir être livrés sous forme de solutions pré-intégrées avec un tableau de bord unifié et intuitif.

Big Blue en attend beaucoup. En effet, les clients d’aujourd’hui exigent un modèle d’exploitation et un ensemble de services communs, notamment pour la gestion d’identités, la sécurité, la surveillance et la connexion, afin d’améliorer la visibilité et le contrôle sur… tous les clouds.

Place au «Chapter two» du cloud

Dans le «Chapter one» de la réinvention numérique, une grande partie de l’innovation sur le cloud était «outside-in» ou centrée sur le client, principalement axée sur les économies de coûts et d’infrastructure de base -informatique, stockage et réseau. Maintenant que les entreprises passent au «Chapter two» du cloud, l’objectif est de créer des applications stratégiques de grande valeur et à les déplacer vers le cloud. Pour ce faire, les entreprises ne veulent pas s’appuyer uniquement sur une pile propriétaire. C’est pourquoi, estime IBM, son concept de Cloud Paks est significatif : permettre aux entreprises d’accélérer le basculement de leurs principales applications vers le cloud de manière sécurisée et cohérente.

Cinq premiers IBM Cloud Paks sont annoncés. Ils sont destinés à la gestion des données, des applications, des services d’intégration, de l’automatisation et de la gestion multi-cloud. Big Blue prévoit d’ajouter d’autres Cloud Paks et de mettre à jour ceux qui ont déjà été lancés. Les kits comprendront aussi les produits DB2, WebSphere, API Connect, Watson Studio, Cognos Analytics et d’autres encore.

Place à la migration des charges complexes

Dans cette transformation de fond en comble, IBM a déclaré qu’il rendra ses mainframes IBM Z et IBM LinuxONE compatibles avec Red Hat OpenShift Container Platform. Ensemble, ces deux plates-formes alimentent environ 30 milliards de transactions par jour dans le monde, estime Big Blue. C’est dire l’enjeu… L’idée est de faire en sorte que les clients utilisent les logiciels IBM compatibles OpenShift comme blocs de base pour transformer leurs entreprises et qu’ils réalisent leurs développements dans des environnements hybrides et multicloud.

Pour les analystes de Bloor Research, IBM tient là le moyen d’accélérer sensiblement la migration vers le cloud. Aujourd’hui, seulement 20 % des charges de travail de l’entreprise ont migré vers le cloud -les plus faciles à migrer. Quant aux 80 %, ce sont donc les charges de travail complexes, dont les applications héritées, souvent basées sur des mainframes. Longtemps, la question a été de savoir comment engager le reste de cette transformation. Avec le rachat de Red Hat, en particulier la technologie OpenShift, IBM a franchi une étape qui pourrait être décisive.

 

Ces articles parlent de "Cloud"

Private cloud, Public cloud, Hybrid cloud, Multi-cloud

Follow this topic

Summary
Les logiciels d'IBM sous forme de Cloud Paks
Article Name
Les logiciels d'IBM sous forme de Cloud Paks
Description
Tout devient cloud. IBM transforme son portefeuille de logiciels en cloud-native. Reposant sur OpenShift, les Cloud Paks pourront fonctionner sur tous les clouds.
Author
Publisher Name
Solutions Magazine
Publisher Logo