Montres, caméras de surveillance domestiques, appareils de streaming TV… Tous conçus par des entreprises non spécialisées dans la fabrication de produits informatiques, observe F-Secure. D’où le danger. Avec l’arrivée de ces appareils sur les réseaux, les vulnérabilités liées à la sécurité et à la confidentialité des données risquent de croître selon l’éditeur, spécialiste en sécurité.

Près d’une personne sur quatre (23%) a acheté un objet connecté au cours des douze derniers mois, a chiffré dans son dernier rapport sur l’ (Internet of Things) : appareils de fitness, dispositifs connectés de surveillance domestique, appareils de streaming TV… L’ souligne également les craintes des usagers quant à la vulnérabilité de ces face au piratage : 70 % des répondants ont fait part de leurs inquiétudes à ce sujet et 69 % craignent d’être suivis par des tiers par le biais de leurs appareils.

Selon Mika Stahlberg, Strategic Threat Research Director, F-Secure, l’IoT est en passe de devenir une cible de choix pour les cybercriminels. «En effet, qui penserait à protéger sa montre connectée ? Les attaques sur les routeurs [domestiques] sont un bon exemple car elles fonctionnent de la même manière : les cybercriminels utilisent ces routeurs pour surveiller et tirer profit du trafic Internet.»

Pour F-Secure, ces types d’objets relativement nouveaux, conçus par des entreprises non spécialisées dans la fabrication de produits informatiques, font augmenter les vulnérabilités liées à la sécurité et à la confidentialité des données : «Les fabricants mettent l’accent sur la facilité d’utilisation et accélèrent la production autant que possible : le consommateur est donc confronté à une large gamme de produits offrant des fonctionnalités limitées… mais présentant un grand nombre de vulnérabilités. Les problèmes de sécurité liés à ces appareils sont relativement similaires à ceux des produits IT traditionnels, mais le développement des réseaux en vue de leur adoption multiplie les risques à grande échelle.»

Sommaire
Trop d’objets connectés... non  sécurisés
Titre
Trop d’objets connectés... non sécurisés
Description
Selon Mika Stahlberg, Strategic Threat Research Director, F-Secure, l’IoT est en passe de devenir une cible de choix pour les cybercriminels.
Auteur