Lesasing informatique Ecoresponsable

Leasing informatique Ecoresponsable

Data Center

Infrastructure, Servers, Network, Storage

IBM z16, le mainframe revisité

Avr 5, 2022 | Data Center | 0 commentaires

IBM z16 : AI en temps réel pour le traitement à grande échelle des transactions et premier système résistant aux ordinateurs quantiques.

Plus qu’une mise à jour. L’IBM z16™ est doté d’un accélérateur d’intelligence artificielle intégré à la puce, lequel fournit une inférence optimisée en termes de latence. Cette innovation est conçue pour permettre aux clients d’analyser à grande échelle les transactions en temps réel pour les applications critiques telles que les cartes de crédit, les soins de santé et, plus généralement, les transactions financières.

Au cœur du z16, Telum. Gravée en 7 nm, la puce -fabriquée sur les lignes de production de Samsung- intègre 22,5 milliards de transistors sur une superficie de 530 mm². Le processeur se compose de 17 couches avec une horloge de base cadencée à un peu plus de 5 GHz. Telum comporte 8 cœurs ; chacun peut exécuter deux threads en SMT2, des accélérateurs de charge de travail intégrés et 32 MB de ce qu’IBM appelle le cache semi-privé de niveau 2.

Des performances exceptionnelles

L’ensemble de la conception a été pensé pour le traitement d’applications en temps réel, par conséquent, l’accent est mis sur les performances à thread unique.

L’IBM z16 associe de manière unique l’inférence de modèle d’intelligence artificielle, via le nouveau processeur au traitement hautement sécurisé et fiable des transactions à fort volume pour lequel IBM est réputé.

Pour la première fois, les banques peuvent analyser la fraude lors de transactions à grande échelle. Le z16 peut traiter 300 milliards de demandes d’inférence par jour avec une latence de seulement une milliseconde. Pour les consommateurs, cela pourrait signifier réduire le temps et l’énergie nécessaires pour gérer les transactions frauduleuses sur leur carte de crédit. Tant pour les commerçants que pour les émetteurs de cartes, cela pourrait vouloir dire une réduction des pertes de revenus, car les consommateurs pourraient éviter la frustration associée à des rejets de transactions qui pourraient les conduire à se tourner vers d’autres émetteurs de cartes pour de futures transactions.

De nouveaux dangers, la nécessite de nouvelles protections

IBM évoque aussi d’’autres menaces, notamment la fraude fiscale et le vol organisé dans le commerce de détail. Et rappelle que les paiements en temps réel et les méthodes de paiement alternatives telles que les crypto-monnaies mettent à l’épreuve les techniques traditionnelles de détection des fraudes. L’application des nouvelles capacités du z16 à d’autres industries peut contribuer à créer de tous nouveaux cas d’usage. Ainsi, l’approbation de prêts : accélérer l’approbation des prêts aux entreprises ou aux particuliers. De même, la compensation et le règlement : pour déterminer les transactions et/ou les opérations qui peuvent présenter un risque élevé avant le règlement. Voire l’apprentissage fédéré pour le commerce de détail : pour mieux modéliser le risque de fraude et de vol.

Dans le positionnement de son produit, IBM rappelle que les institutions financières du monde entier luttent contre les impacts des activités frauduleuses sur leurs revenus et leurs interactions avec les consommateurs. Selon une nouvelle étude d’IBM et Morning Consult intitulée « Rapport IBM 2022 sur l’impact de la fraude financière mondiale », la fraude liée aux cartes de crédit est le type de fraude le plus répandu chez les consommateurs. En outre, les personnes sondées ont déclaré qu’elles pensaient que les banques et les réseaux de paiement devaient être les principaux responsables de la prévention de la fraude. Mais l’exécution de modèles d’AI par apprentissage profond à grande échelle et en temps réel n’a pas été possible jusqu’à maintenant en raison de problèmes de latence. C’est pourquoi les modèles de détection de la fraude ne sont exécutés à ce jour que sur moins de 10 % des transactions à fort volume – un nombre important de fraudes ne sont ainsi pas détectées…

Sécurité renforcée… pour le quantique

L’autre volet du z16 est orienté vers la sécurité. En particulier vers les menaces futures. En l’occurrence celles liées à l’informatique quantique qui pourraient avoir un impact sur la solidité des algorithmes de chiffrement. Dans ce cadre, la dernière génération de mainframe embarque des technologies de chiffrement basé sur les réseaux euclidiens. Par cette approche, on peut construire des primitives de sécurité qui aident à protéger les données et les systèmes contre les menaces à venir.

 Avec un processus d’initialisation sécurisé (ce qui signifie que les acteurs mal intentionnés ne peuvent pas injecter de logiciels malveillants dans le processus d’initialisation pour prendre le contrôle du système dès le démarrage), les clients peuvent renforcer leur protocole de cyber-résilience et garder le contrôle de leur système.

En outre, le module de sécurité matérielle Crypto Express 8S (CEX8S) offrira aux clients une technologie de chiffrement à la fois classique et résistante aux ordinateurs quantiques pour les aider à adresser leurs cas d’usages nécessitant la confidentialité, l’intégrité et la non-répudiation des informations. Le processus d’initialisation sécurisé et la cryptographie résistante aux ordinateurs quantiques de l’IBM z16 peuvent aider les clients à faire face aux futures menaces liées à l’informatique quantique, notamment les attaques de type « harvest now, decrypt later » (collecter maintenant, déchiffrer plus tard) qui peuvent conduire à l’extorsion, à la perte de propriété intellectuelle et à la divulgation d’autres données sensibles. 

IBM positionne encore son mainframe modernisé d’aujourd’hui au cœur des environnements Cloud hybride. La plateforme est appréciée par deux tiers des entreprises du classement Fortune 100 : 45 des 50 premières banques mondiales, 8 des 10 premiers assureurs, 7 des 10 premiers détaillants mondiaux et 8 des 10 premiers opérateurs de télécommunications. Celles-ci mettent en avant l’exécution de leurs applications les plus critiques. Par exemple, selon une récente étude commandée par IBM et réalisée par Celent, intitulée « Operationalizing Fraud Prevention on IBM z », les zSystems exécutent 70% des transactions mondiales, en valeur. 

Modernisation pour le Cloud hybride

Au cours des trois dernières années, IBM a réalisé d’importants investissements dans le cadre de son engagement à adopter la technologie open-source sur la plateforme IBM zSystems et à établir une expérience commune pour les développeurs dans le cloud hybride.

Relevons ici quelques annonces récentes.

  • Stack de modernisation de l’IBM Z et du Cloud : pour aider les clients à accroître leur agilité et à accélérer leur transformation, y compris pour les projets développés avec les open-source du marché.
  • Centre de modernisation de l’IBM Z et du Cloud: une porte d’entrée numérique vers une vaste gamme d’outils, de formations, de ressources, de partenaires de l’écosystème et d’expertise sectorielle d’IBM Consulting pour aider les clients IBM zSystem à accélérer la modernisation de leurs applications, données et processus dans une architecture Cloud hybride ouverte.
  • Tarification sur mesure: une approche complète de type « cloud à l’usage » qui est calculée en fonction des variations de consommation applicatives et des besoins métiers.
  • Introduction d’Anaconda dans Linux on Z: un exemple d’introduction de modèles et bibliothèques en data science dans ces plateformes d’entreprise, offrant une expérience utilisateur homogène et transparente pour le data scientist où que ce soit dans les environnements du Cloud hybride.