Feu vert de Fedict, le Service public fédéral Technologie de l’Information et de la Communication, au déploiement de la plate-forme d’e-invoicing qui doit permettre aux autorités belges de recevoir bientôt les factures numériques de tous leurs fournisseurs, quels que soient la plate-forme ou le réseau qu’ils utilisent. C’est le développeur de logiciels de gestion de documents Babelway, de Louvain-La-Neuve, qui va transformer le projet pilote Mercurius en une plate-forme de facturation électronique digne de ce nom et conforme aux normes européennes d’OpenPEPPOL.

Pour , vice-premier ministre et ministre de l’Agenda numérique, «la facturation électronique ne sera couronnée de succès que si les autorités y participent. Grâce à cette décision, la Belgique rejoint le groupe de tête des pays européens qui organisent la facturation électronique suivant les normes européennes.» Avec la clôture de la phase pilote et l’attribution du nouveau marché public à Babelway, la voie de la facturation électronique est désormais grande ouverte pour les autorités belges. Le déploiement d’un vaste système de facturation électronique s’inscrit dans le cadre de Digital Belgium, le plan d’action du ministre destiné à consolider l’économie numérique dans notre pays.

Plus vite ? Plus tôpt ? L’un des principaux obstacles a toujours été la coexistence de plusieurs réseaux et plates-formes, si bien qu’il faut chaque fois convertir les données avant de pouvoir les traiter dans un logiciel particulier. Fedict travaille sur le sujet d’ une plate-forme de facturation électronique pour les autorités belges depuis 2013. Elle a d’abord lancé un projet pilote baptisé Mercurius, lequel a permis la réception en juillet 2014 de la première facture électronique par le gouvernement fédéral.

En août 2015, Fedict lancait un marché public destiné à transformer ce projet pilote en une véritable plate-forme de facturation électronique dans le cadre du projet OpenPEPPOL (Pan-European Public Procurement Online). La norme européenne est aujourd’hui utilisée dans cinq pays, la Norvège, la Suède, le Danemark, les Pays-Bas et la Belgique; d’autres pays européens sont en train de l’implémenter. OpenPEPPOL relie d’autres réseaux, notamment celui de prestataires de services comme Babelway, Basware, UnifiedPost, B2Boost et Advalvas. Chaque pays doit désigner une autorité qui assure la coordination et veille au respect des accords; Fedict assumera ce rôle pour la Belgique dès le 1er janvier 2016.

C’est donc Babelway qui a remporté le marché et se chargera de l’implémentation du projet dans les mois qui viennent. La livraison est prévue au cours du premier trimestre de 2016. Dès ce moment, les autorités belges seront en mesure de réceptionner les factures électroniques que leur enverront tous leurs fournisseurs, quels que soient la plate-forme ou le réseau qu’ils utilisent. A la clé, a chiffré Fedict, des économies d’un montant annuel de 3,5 milliards EUR pour les entreprises comme pour les autorités belges.

 

Sommaire
e-invoicing : Fedict choisit Babelway
Titre
e-invoicing : Fedict choisit Babelway
Description
Babelway va transformer le projet pilote Mercurius en une plate-forme de facturation électronique digne de ce nom et conforme aux normes européennes d’OpenPEPPOL.
Auteur