, non merci ! Aux Etats-Unis et au Royaume-Uni, 84% des dirigeants affirment qu’ils ne paieraient pas. Et pourtant 43% des entreprises victimes finissent par… payer !

Le ransomware est une réalité. Les entreprises victimes ont versé des rançons de l’ordre de 7 500 USD aux Etats-Unis et de 22 000 GBP au Royaume-Uni, peut-on lire dans l’étude «Executive Application & Network Security» de Radware.

«C’est un exemple marquant des nouvelles décisions que les dirigeants et CIO sont amenés à prendre dans le domaine de la sécurité, remarque Carl Herberger, Vice-President Security Solutions, . Il est facile de dire qu’on ne paiera pas tant que le système n’est pas bloqué est rendu inaccessible. Les entreprises qui prennent des mesures de sécurité proactives réduisent les risques de devoir faire face à de telles décisions…»

Pour se prémunir de ces attaques, 59% des sondés ont recruté ou envisagent de recruter d’anciens hackers pour les aider à renforcer leur sécurité. «Il n’y a pas meilleur garde-chasse qu’un ancien braconnier», ironise l’un eux. Et plusieurs chantiers sont à mener en parallèle, notamment un meilleur encadrement du télétravail, des wearables et des objets connectés. Comment ? En appliquant des règles de sécurité strictes et en mettant en place des connexions sécurisées pour le travail à distance.

Car se remettre d’une cyberattaque peut coûter cher : plus d’un tiers des sondés aux Etats-Unis avoue avoir perdu plus d’un million USD suite à une cyberattaque, et plus de 10 millions USD pour 5% d’entre eux. Au Royaume-Uni, la facture est un peu moins salée, puisqu’ils sont 63% à déclarer avoir perdu moins de 351 245 GBP (environ 500 000 USD).

In fine, que les attaques soient motivées par l’appât du gain ou pas, elles ont d’importantes répercussions sur les finances et sur la réputation des entreprises victimes : préjudice sur la réputation (34%), perte d’exploitation (31%), manque à gagner (30%), baisse de productivité (24%), chute du cours des actions (18%), etc.

Sommaire
Ransomware : et vous, seriez-vous prêt à payer ?
Titre
Ransomware : et vous, seriez-vous prêt à payer ?
Description
Ransomware, non merci ! Aux Etats-Unis et au Royaume-Uni, 84% des dirigeants affirment qu’ils ne paieraient pas. Et pourtant 43% des entreprises victimes finissent par... payer !
Auteur
Editeur
Solutions Magazine
Logo