Optimisation de l’achat et de la de licences, modernisation de l’environnement de travail, évolution vers le hybride… Trois axes de développement, trois approches de type «solutions». Insight poursuit sur sa lancée. Le revendeur d’origine américaine -notamment premier revendeur HP aux Etats-Unis- est davantage reconnu dans le logiciel en Europe, le rachat de Software Spectrum en 2006 l’ayant positionné comme ‘le’ spécialiste de l’achat des licences, même si, un peu plus tard, a misé sur l’allemand Inmac, qui, lui, tirait environ 70% de son chiffre d’affaires de la distribution de matériels…

Pour , à la tête de la filiale belgo-luxembourgeoise d’Insight (25 collaborateurs), il reste beaucoup à faire en matière de gestion des licences. Economies et mise en conformité sont les deux atouts. «Quand on prend conscience que le budget alloué au logiciel d’une manière générale est supérieur à celui des infras, et si l’on peut vous aider à réduire les coûts dans une fourchette comprise entre 15 et 20%, ça allège sensiblement le budget, ça ouvre bien des fenêtres en termes d’innovation, argumente Marie del Marmol. Qui plus est, en cas d’audits, nous conseillons et défendons nos clients… Notons qu’Insight est le partenaire de choix des MSP offrant des services de type ‘as-a-service’.»

Pour Insight, la gestion de logiciels est un peu son différentiel, sa carte de visite. Dans un marché de la distribution fortement secoué, cet acteur né en 1988 tire son épingle du jeu. Présence dans 22 pays, quelque 5000 collaborateurs. Une référence pour -notamment- , Microsoft et VMWare. «Initialement, nous aurons pris soin de lister avec nos clients l’ensemble de leurs usages, de leurs besoins -exprimés ou non- et de les conseiller dans le choix des outils et des méthodes que ce soit tant en matière de mobilité que d’usages collaboratifs.»

Deuxième axe, la modernisation de l’environnement de travail. Focus, dans ce domaine, sur Office 365. «Nous nous plaçons dans une logique de redéfinition des modes de travail, donc de collaboration et de partage, que ce soit avec les nouveaux devices ou avec les nouveaux outils de productivité.»  

Ce qui veut dire, aussi, que le champ d’action ne se limite pas à Office 365. AirWatch, solution MDM (Mobile Device Management) de , figure également au catalogue, tout comme Citrix d’ailleurs. Mais jamais Insight n’implémente, laissant cette mission à des partenaires spécialisés. Idem pour les solutions sur base de Suface Hub, plate-forme de productivité et de communication à usage tactile.

Troisième grand pôle d’activité : le cloud hybride. Pour Insight, le cloud sera essentiellement hybride -sauf dans les très petites structures. A nouveau, focus sur . Azure est la principale plate-forme, mais pas la seule. L’idée, ici, est d’amener le client à reconsidérer ses usages à travers une formule de type On Boarding Services. «En soi, c’est un parcours qu’il faut bien baliser : anticiper les obstacles et préparer finement la phase cruciale de basculement dans le cloud, défend Marie del Marmol. Les entreprises demandent de l’accompagnement. Ce qui suppose, au départ, bien analyser et tenir compte des particularités de chaque organisation. Enfin, il s’agit de lever les inquiétudes inhérentes à tout projet de migration, a fortiori vers le cloud : localisation des données, sécurité, disponibilité interne des ressources, etc.»

Qui dit cloud, dit nouveaux usages. Comme un DRaaS (Disaster Recovery-as-a-Services), soit le basculement de sa plate-forme de production sur incident vers une plate-forme ‘dormante’ prête à démarrer, sans maintenir en permanence une infrastructure totalement redondée, nécessaire en cas de bascule. Ainsi, on maintient juste le minimum vital sur la plate-forme ‘dormante’, pour pouvoir y synchroniser les données de la production en cas de bascule, et au moment de la bascule, on initialise la plate-forme ‘dormante’ à partir de ces données, plate-forme qui devient alors la plate-forme de production.

«Insight compte aussi parmi ses clients les grands du hosting, motivés à nouveau par notre capacité à gérer a question des licences à haut niveau. Les marges étant serrées, l’optimisation des licences est une nécessité…»

Outre ces trois grands trois domaines de solutions, Insight aborde transversalement des aspects tels que la sécurité. Pour l’entreprise de Grimbergen, le manque d’intégration est avéré. En cause, des achats dispersés. Il reste donc des trous. Et Insight de proposer des solutions end-to-end à l’issue d’analyses méticuleuses, en particulier au départ des technologies de Symantec.

Sommaire
Insight en mode «solutions»
Titre
Insight en mode «solutions»
Description
Optimisation de l'achat et de la gestion de licences, modernisation de l'environnement de travail et évolution vers le cloud hybride : tels sont les trois axes de développement d'Insight
Auteur
Editeur
Solutions Magazine
Logo