Lesasing informatique Ecoresponsable

Leasing informatique Ecoresponsable

Data Intelligence

Analysis, BI, Prediction, Planning, Boardroom

L’advanced analytics fera avancer Bekaert

Fév 17, 2022 | Data Intelligence | 0 commentaires

Bekaert transforme ses ingénieurs en Citizen Data Scientists !  Via l’advanced analytics de SAS, le géant belge optimisera ses processus de production.

« Place à l’advanced analytics ! Avec SAS, nous allons accentuer l’orientation-données de nos ingénieurs. Grâce à son approche sans code et à son interface facile d’utilisation, la plateforme s’y prête à merveille. Elle rassemble des équipes multidisciplinaires ; elle permet aussi à des personnes ayant une formation d’ingénieur de s’atteler à l’analytique en tant que Citizen Data Scientists et d’améliorer eux-mêmes leurs processus de production », explique Gunter Van Craen, Chief Digital and Information Officer, Bekaert. 

Des entreprises de différents secteurs découvrent la puissance de l’analyse des données. Et chez Bekaert aussi, la production présentait encore un important potentiel d’optimisation. C’est ainsi qu’au cours de l’été 2020, le géant mondial de la transformation et du revêtement de fil d’acier a réalisé un PoV (Proof of Value) avec SAS afin de démontrer la valeur de l’« advanced analytics » dans le cadre des opérations. Au printemps 2021, Bekaert a encore lancé quelques projets supplémentaires. Pour, finalement, décider d’acquérir une plateforme stratégique dédiée à la science des données. À partir d’une présélection de trois candidats, ils ont finalement choisi SAS comme partenaire. 

Bekaert transforme les ingénieurs en Citizen Data Scientists 

Le choix de SAS s’explique par le fait que Bekaert a déjà pu voir la technologie à l’œuvre lors du PoV et qu’elle peut s’appuyer sur ses projets existants. Bekaert a aussi compris que la valeur réelle de l’analytique ne sera pas uniquement générée par une équipe de « data scientists », mais surtout par les ingénieurs responsables des processus de production. 

Avec la plateforme de SAS, Bekaert pourra se concentrer sur la démocratisation de l’analytique au cours des années à venir. Les scientifiques des données y trouveront également leur compte. Ainsi, le système ouvert permet de travailler en open source tout en stimulant la collaboration entre les data scientists et les ingénieurs process.

L’ambition de Bekaert est de faire travailler quelque 300 à 500 personnes avec SAS. L’entreprise dispose actuellement d’une poignée de data scientists et projette d’élargir cette équipe au fil des prochaines années. 

Étendre les modèles à plusieurs usines 

Les ambitions de Bekaert ne se limitent pas à des expériences avec l’analytique de données. À terme, l’entreprise souhaite activer des dizaines, voire des centaines de modèles. Il est donc aussi important que la technologie permette une automatisation maximale en matière de gouvernance et que les modèles puissent être rapidement étendus à d’autres usines dans différents pays. C’est également l’une des raisons pour lesquelles Bekaert a décidé de travailler avec SAS. 

« Bekaert entend utiliser l’advanced analytics afin de déterminer comment elle peut optimiser les performances de ses processus de production, explique Sébastien Verhelst, expert de SAS en matière d’advanced analytics pour la fabrication. SAS applique une méthodologie standard en quatre étapes. Pour commencer, nous identifions les cas d’utilisation les plus pertinents. Ensuite, nous menons des projets pilotes pendant plusieurs semaines afin de déterminer s’ils présentent un intérêt. Dans l’affirmative, nous industrialisons le cas. Enfin, nous rendons le modèle évolutif afin qu’il puisse également être appliqué dans d’autres environnements. »

Partenariat avec Microsoft 

Outre l’accessibilité et l’évolutivité, d’autres avantages encore ont convaincu Bekaert d’opter pour SAS en tant que partenaire en analytique. Ainsi, Bekaert prépare l’évolution vers Microsoft Azure, alors que SAS entretient un partenariat stratégique avec Microsoft depuis quelques années. « Bekaert ne veut pas d’un patchwork de technologies. Au cours des projets pilotes, ils ont pu constater par eux-mêmes que SAS s’intègre parfaitement à la plateforme Azure. Nous n’avons donc guère perdu de temps à discuter des possibilités d’intégration », précise Joeri Van Vooren, Srenior Account Executive, SAS

Enfin, chez SAS, Bekaert peut compter sur des personnes qui connaissent le secteur et peuvent dialoguer avec les ingénieurs de l’entreprise. Joeri Van Vooren : « Les pièces du puzzle se sont parfaitement assemblées. Les entreprises ont souvent l’ambition de se lancer dans l’analytique de données, mais peinent à en retirer une valeur effective, généralement parce qu’elles ne sont pas encore assez structurées. Egalement parce que leur vision d’ensemble laisse à désirer. Chez Bekaert, la transformation numérique des opérations est soutenue par le comité de direction. Des mesures importantes avaient déjà été prises pour rendre les données de production disponibles. Cela permettra à Bekaert d’appliquer l’advanced analytics de manière efficace et évolutive au cours des prochaines années. Les premiers résultats d’exploitation sont d’ores et déjà prometteurs. Ils ont rapidement généré de nouvelles perspectives qui n’auraient pas pu être obtenues via les méthodes classiques. » 

Une réelle valeur ajoutée

Sophie Van Nevel, Global IT Lead Strategy, Governance & Data Platforms, Bekaert : « Nous considérons les données et l’analytique comme des éléments clés d’une stratégie d’entreprise réussie. Après avoir vu SAS à l’œuvre dans quelques cas concrets, nous avons été convaincus par leur approche. En prenant le temps de comprendre un problème d’entreprise et en élaborant un modèle ensemble sur cette base, nous parvenons à créer une réelle valeur ajoutée grâce aux données et à l’analytique. Pour Bekaert, il importe en outre de ne pas se concentrer uniquement sur la technologie, mais de prêter également attention aux personnes et aux processus impliqués. SAS représente donc bien plus qu’une plateforme de données à nos yeux. Son approche éprouvée de la gestion du changement de bout en bout a été l’un des principaux critères aboutissant à sa sélection. »