COVID-19 #12- L’humain toujours, mais différemment

Avr 20, 2020 | Data Center | 0 commentaires

Le contact humain reste un élément important dans le monde des affaires, mais cette importance s’atténuera quelque peu, estime Laurens van Reijen de LCL (*).

° Comment avez-vous vécu le 16 mars, premier jour du quasi-confinement, chez LCL ?

Nous étions heureusement bien préparés au télétravail. Nous avions prévu tous les systèmes nécessaires pour que nos employés de bureau puissent travailler de chez eux du jour au lendemain.

° Quels obstacles avez-vous rencontrés lors de cette «transformation» ?

Il n’y a pas vraiment eu beaucoup d’obstacles. Tous les systèmes étaient en place. Nous avons juste dû régler des détails, afin que tout le monde puisse tout consulter facilement. Certains collaborateurs n’avaient par exemple pas encore installé le logiciel Teams sur leur smartphone. Une broutille à régler.

Au bureau, tout le monde dispose de deux écrans d’ordinateur. Afin que nos collaborateurs puissent télétravailler dans les meilleures conditions, nous avons commandé pour eux des écrans supplémentaires. Chacun peut donc télétravailler en profitant du même confort qu’au bureau.

Les profils techniques répartis en équipes

° Quelles mesures avez-vous prises pour endiguer la propagation du virus ?

Pour nos employés de bureau, la consigne était claire : chacun travaille de chez soi. Mais nos centres de données emploient aussi des techniciens qui doivent être présents sur place. Nous avons réparti nos profils techniques en équipes. Ce sont donc toujours les mêmes personnes qui travaillent ensemble, dans le but d’empêcher la propagation du coronavirus. En cas de contamination dans l’une des équipes, les autres équipes peuvent tout simplement continuer à travailler.

Par ailleurs, nous avons également pris des mesures supplémentaires d’hygiène et imposé des règles de distanciation sociale à tous nos techniciens. Pour finir, une personne fait office de back-up technique : elle travaille de chez elle, mais peut intervenir en cas de problème dans une équipe technique.

Nous jouons en outre la carte de la sécurité. Concrètement, si l’un de nos techniciens présente un mal de gorge, il reste chez lui, surtout s’il se trouve dans une tranche d’âge vulnérable. Deux collaborateurs ont été dans cette situation.

° Quels sont les changements dans les centres de données ?

Nous ne savons naturellement pas tout ce qui se passe, nos clients gèrent eux-mêmes leur infrastructure. Pour un élargissement de la capacité de la fibre, ils ne doivent même pas venir sur place. Ils peuvent simplement introduire leur requête auprès de leur opérateur télécoms via un tableau de bord.

Nous savons cependant que le nombre moyen de demandes d’élargissement de la bande passante est plus élevé que d’habitude auprès des plus de 40 opérateurs hébergés dans nos centres de données. Et nous savons que plusieurs de nos clients ont mis à niveau la capacité de leur routeur et de leur bande passante pour le télétravail. L’un d’entre eux est même passé de 800 à 4000 «postes de travail» digitaux.

Je m’étais même attendu à plus d’interruptions sur les réseaux mais à ma connaissance, cela ne s’est pas produit. Une bonne nouvelle !

Reconsidérer nos voyages

° Le télétravail deviendra-t-il la norme dans le futur ?

Pour l’instant, le télétravail est obligatoire quand il est possible, mais je ne pense pas que ce sera la norme dans le futur. Comme les gens ont besoin de contacts sociaux pour pouvoir bien fonctionner, j’envisage plutôt une combinaison de travail «traditionnel» avec plus de télétravail qu’avant. Les gens ont découvert à quel point il était facile de partager des documents en ligne et cet élément jouera en faveur du télétravail.

Selon moi, à l’avenir, la visioconférence sera davantage utilisée pour les réunions internationales. Même pour les collègues qui se trouvent dans le même bâtiment. J’ai moi-même participé à une conférence en ligne regroupant plus de 3000 participants et tout s’est bien passé. Pourquoi les entreprises continueraient-elles à assumer les coûts des déplacements internationaux maintenant que tout le monde a vu à quel point les réunions digitales sont simples ?

De plus en plus d’outils de collaboration conviviaux verront également le jour. Je pense par exemple à des outils de gestion commune de projet, à utiliser avec les clients ou les fournisseurs. Ou des outils qui rendent l’apprentissage en ligne plus attrayant, qui sont plus interactifs que les webinaires souvent ennuyeux d’aujourd’hui. Il reste encore beaucoup à faire et le succès de ces outils sera déterminé par la touche humaine qui y sera apportée.

Chez LCL, nous avons également profité de cette période pour enregistrer des formations internes en vidéo et créer des présentations pour des formations. Nous avons par exemple développé un portfolio de formations brèves, mais importantes. À l’avenir, les nouveaux collaborateurs pourront consulter ce portfolio pour s’informer.

Prendre en marche le train numérique

° Quelles seront les conséquences de la crise du coronavirus sur les entreprises ?

Les conséquences varieront en fonction de la taille de l’entreprise, de son secteur d’activité et de son avancement dans la transformation digitale.

Les entreprises qui se sont déjà lancées dans l’innovation et la transformation digitales remarquent à présent qu’elles doivent plus que jamais continuer à investir dans une bonne infrastructure digitale, pour se prémunir à l’avenir. Elles se rendent compte qu’elles doivent continuer à se développer en s’appuyant sur l’expérience acquise.

Les entreprises qui ne sont pas encore en phase avec les dernières technologies se retrouvent aujourd’hui à la traîne et auront beaucoup plus de mal à prendre le train numérique en marche et à survivre à la crise. Cela ne signifie toutefois pas que c’est impossible.

Trouver du travail facilement

° Quelles seront les conséquences de la crise du coronavirus pour LCL et le monde digital ?

Nous nous attendons à une croissance plus rapide de nos activités. Notre marché est relativement stable, car on ne déménage pas l’infrastructure de son centre de données sur un coup de tête. La connectivité gagne en importance parce que le trafic croissant doit être traité, et les centres de données comme les nôtres s’articulent autour de la connectivité.

L’utilisation d’internet continuera de toute façon à progresser. Je pense que les besoins en bande passante continueront aussi à augmenter à cause du nombre croissant d’applications pour l’IoT et de l’AI.

En cette période, les outils digitaux sont utilisés intensivement, ce qui leur permet aussi de générer plus de revenus. Il sera donc possible de continuer à les développer et les perfectionner. Ils deviendront de plus en plus interactifs, ce qui ne fera que stimuler davantage le mode de travail digital.

Le secteur digital éprouvera peut-être moins de difficultés à trouver du personnel. Certains secteurs sont en effet en très mauvaise posture à l’heure actuelle. Les collaborateurs qui ont des compétences digitales trouveront facilement du travail dans notre secteur, car nous sommes déjà confrontés à un manque d’effectifs. Nous aurons besoin de plus de gens pour assurer la croissance.

(*) Laurens van Reijen, Managing Director, LCL Data Centers

Ces articles parle de "Data Center"

Infrastructure, Servers, Network, Storage

Follow this Topic

Summary
COVID-19 #12- L'humain toujours, mais différemment
Article Name
COVID-19 #12- L'humain toujours, mais différemment
Description
Le contact humain reste un élément important dans le monde des affaires, mais cette importance s’atténuera quelque peu, estime Laurens van Reijen de LCL
Author
Publisher Name
Solutions Magazine
Publisher Logo