Open Foundation : pour la liberté des choix commerciaux

par | Oct 22, 2017 | Business | 0 commentaires

L’appel de Roubaix sera-t-il entendu ? Avec l’Open Cloud Foundation, appelle les acteurs du marché à joindre leurs forces afin de garantir l’interopérabilité de leurs solutions cloud et de combattre les politiques de verrouillage constatées chez certains prestataires.

Création de l’Open Cloud Foundation. L’appel ne vient de pas de Californie, mais de Roubaix, siège de OVH. Si la presse internationale ne l’a pas encore relayé, des entreprises de renom -des acteurs technologiques comme , des cabinets de conseils comme le et de grands utilisateurs comme - ont salué l’initiative et ont confirmé leur engagement.

L’idée ? Définir un cadre normatif d’applications visant à garantir la liberté des choix commerciaux et, par là, contrecarrer les politiques de verrouillage dans le secteur du cloud. Pour les promoteurs de l’Open Cloud Foundation, la question n’est plus «Faut-il aller vers le cloud ?», mais «Quel type de cloud voulons-nous ?» En somme, voulons-nous un cloud dans lequel les entreprises resteront toujours maîtres de leurs choix… ou acceptons-nous de subir des contraintes techniques qui créent des dépendances fortes ? Derrière ces questions, une conviction profonde : les entreprises doivent rester libres de leurs choix en matière de numérique. Concrètement : libres de choisir leurs fournisseurs de cloud, libres d’en changer, libres de répartir leurs applications chez plusieurs fournisseurs, libres de choisir la localisation de leurs données. Cette liberté, il est nécessaire d’y faire attention, de la préserver.

Comment ? Le premier point, essentiel, est la réversibilité. Puis-je m’en aller facilement… ou chaque nouveau service que j’utilise dans le cloud m’enferme-t-il un peu plus ? Combien de temps me prendrait une migration ? Faudrait-il reconstruire mon infrastructure de zéro ? Puis-je exporter mes applications d’un fournisseur de cloud vers un autre ?

Le second point est l’interopérabilité : est-ce que mes choix technologiques d’aujourd’hui vont me limiter, demain, dans l’intégration d’autres services applicatifs ? Puis-je faire communiquer des briques issues de différents fournisseurs ? Puis-je continuer à utiliser mon legacy et construire un cloud hybride ?

Se prémunir contre l’inévitable effet silo

Sur ces deux points, réversibilité et interopérabilité, des solutions existent. Il faut utiliser et promouvoir les standards technologiques. Mais trop de fournisseurs, encore, proposent des briques qui ne fonctionnent que sur leur plateforme propriétaire. Cela crée des dépendances et rend plus difficiles la réversibilité et l’interopérabilité.

Troisième dimension du cloud ouvert : la protection des données. Le client doit avoir le choix de la localisation géographique de ses données, et être informé du cadre juridique auquel elles vont être soumises. Nous en sommes loin, tous les pays n’offrent pas le même niveau de protection.

Ces aspects sont déterminants si l’on souhaite se prémunir contre l’inévitable effet silo. En parallèle, on assiste à la consolidation des fournisseurs de cloud et à l’émergence de grands groupes, disposant de la capacité d’instaurer des normes en vase clos, réduisant la liquidité du marché et la facilité d’utilisation. Les consommateurs doivent toutefois être en mesure d’élaborer leurs propres stratégies en combinant en simultané les offres de différents fournisseurs, tout en intégrant divers services à ceux déjà déployés sur site, en interne.

Open Cloud Foundation, tout le monde en profitera

Bref, pour OVH et les premiers sponsors de l’Open Cloud Foundatiuon, il est essentiel si l’on souhaite garantir une croissance continue des entreprises, que le cloud reste ouvert. En permettant aux clients de passer d’un fournisseur à l’autre et en offrant un accès aux fonctionnalités de la pile cloud (IaaS, PaaS, SaaS et les couches cognitives, les acteurs émergents seront en mesure de dynamiser l’innovation, à l’instar des grands groupes de cloud déjà établis. Tout le monde profitera des avantages d’un cloud ouvert.

Si la règlementation peut constituer une réponse à ces questions, le fait est que la méconnaissance de l’industrie, la lenteur des procédures ainsi que le risque d’une législation inappropriée, voire contradictoire à l’échelle mondiale, sont trop importants. Il est donc crucial que l’industrie du cloud et toutes ses parties prenantes travaillent ensemble à la rédaction de directives, afin de permettre une gestion pratique de cette problématique, dont le cadre, basé autant que possible sur les normes existantes, pourrait évoluer aussi rapidement que la technologie elle-même.

Newsletter

Dans solutions Magazine de Mars

Solutions Magazine consacrera bientôt des dossiers spéciaux sur : GDPR, Collaboration & Video, Home Protection

> Je désire de la visibilité sur ce sujet
> M'abonner au mensuel papier

Pub

EMC

 

Sommaire
Open Cloud Foundation : pour la liberté des choix commerciaux
Titre
Open Cloud Foundation : pour la liberté des choix commerciaux
Description
Pour les promoteurs de l'Open Cloud Foundation, la question n’est plus «Faut-il aller vers le cloud ?», mais «Quel type de cloud voulons-nous ?»
Auteur
Editeur
Solutions Magazine
Logo