Vendre en ligne rapidement et pas cher

démarrer le e-commerce rapidement

Le paradoxe belge de la cybersécurité analysé

Oct 17, 2019 | Cyber Security | 0 commentaires

Si 76 % des Belges sécurisent leur maison contre le cambriolage, ils sont à peine 35 % à se protéger en ligne. Ce n’est pas le seul paradoxe. SpotIT les analyse.

Premier paradoxe : 65 % des Belges ne se protègent pas suffisamment contre les dangers qu’ils peuvent rencontrer en ligne. Pourtant, les dangers en ligne sont beaucoup plus réels que les dangers physiques -à la maison ou en rue. C’est ce que montrent les chiffres publiés aujourd’hui par SpotIT à l’occasion du Mois européen de la cybersécurité. La grande majorité des Belges ont été confrontés à des virus, des logiciels malveillants, du piratage, du phishing ou d’autres dangers au moins une fois au cours de l’année écoulée. Par opposition, à peine 2 % des Belges ont été victimes d’un cambriolage dans leur maison…

Les Belges préfèrent opter pour une porte d’entrée blindée pour leur domicile plutôt que pour un mot de passe efficace et unique pour leur ordinateur ou leur smartphone. C’est le deuxième paradoxe.  Jusqu’à 43 % des Belges ne sécurisent même pas l’accès à leur smartphone avec un code ou une empreinte digitale. Lorsque des mots de passe sont utilisés, 38 % des Belges disent utiliser systématiquement les mêmes. Quant aux digital natives (18 à 34 ans), ils ne font pas mieux…

Des mots de passe gérés avec négligence

Symptomatique, l’usage du même mot de passe pour les comptes sur les réseaux sociaux, pour les services bancaires en ligne et pour les e-mails… Quatre Belges sur dix choisissent systématiquement le même mot de passe  ! C’est très net chez les plus jeunes (18 – 34 ans) : 41 % d’entre eux utilisent le même mot de passe. Pour les 35 à 65 ans, cela varie entre 35 % et 38 %. En outre, 22 % des Belges ont leur(s) mot(s) de passe noté(s) quelque part sur papier ou stocké(s) dans le téléphone. Seulement 9 % des Belges changent régulièrement leur mot de passe…

«Garder la trace de plusieurs mots de passe efficaces et les changer régulièrement ne devrait pas être un défi, estime Steven Vynckier, CEO, SpotIT. En utilisant un gestionnaire de mots de passe numérique, tel que Lastpass, Keepass, vous pouvez centraliser tous vos mots de passe. Je suis surpris de constater que 35 % des Belges n’aient jamais entendu parler de cela. A  peine 18 % l’utilisent. Qui plus est, c’est un système très simple…»

4 digital natives sur 10 ne verrouillent pas leur smartphone

Tout comme une serrure robuste sur la porte d’entrée, les codes d’accès et les mots de passe forts, utilisés par exemple lors du déverrouillage de votre smartphone, sont à la base d’une bonne protection.

Bien que les jeunes Belges de moins de 35 ans obtiennent ici un résultat légèrement supérieur à celle du groupe des plus de 65 ans, près de 4 sur 10 (39 %) des digital natives n’utilisent toujours pas de code pour verrouiller leur smartphone.

Pour Steven Vynckier, la situation est d’autant plus inquiétante que la génération des digital natives passe facilement 28 heures par semaine en ligne sur un smartphone. «En ne verrouillant pas son téléphone, vous vous jetez continuellement entre les mains de fraudeurs potentiels. A la maison, laisseriez-vous la porte d’entrée grande ouverte quand vous vous absentez ?»

 

Ces articles parlent de "Cybersecurity"

Governance, Resilience, IAM, PAM, DLP, SIEM, SOC

Follow this topic

Summary
Le paradoxe de la cybersécurité belge analysé
Article Name
Le paradoxe de la cybersécurité belge analysé
Description
Si 76 % des Belges sécurisent leur maison contre le cambriolage, ils sont à peine 35 % à se protéger en ligne. Ce n'est pas le seul paradoxe. SpotIT les analyse.
Author
Publisher Name
Solutions Magazine
Publisher Logo