Labeyrie : ses saumons remontent la blockchain

Déc 19, 2019 | Blockchain | 0 commentaires

 

Labeyrie utilise IBM Food Trust sur le Cloud IBM pour rendre accessibles aux consommateurs des informations sur la traçabilité de ses saumon fumés

Le groupe Labeyrie a opté pour la blockchain afin de rendre accessible aux consommateurs les informations de traçabilité de deux de ses références de saumon fumé. La formule s’appuie sur la solution IBM Food Trust, initiée avec Walmart, et se matérialise par un QR code figurant sur les emballages des produits distribués via ses enseignes partenaires.

Le scan amène vers une application dédiée. Encore faut-il saisir le numéro du lot figurant sur le produit pour accéder aux informations enregistrées tout au long de sa chaine d’élaboration, textes et photos à l’appui. Concrètement : espèce et provenance du saumon, conditions d’élevage en Norvège (densité, alimentation, durée) et étapes de préparation chez Labeyrie (tranchage, fumage).

Figurent aussi les engagements de la marque, qui fait valoir sa démarche qualité dans la sélection des saumons. Labeyrie rappelle ici qu’elle s’était engagée dès 2007 dans une logique de certification par un organisme indépendant, avec quelque 200 points de contrôle.

Traçabilité, transparence

Cette première mobilisation de la blockchain vise à aller plus loin et implique son partenaire Cermaq, un acteur clé de la salmoniculture -notamment implanté en Norvège. «Il est primordial pour nous de faire connaître l’ensemble des informations liées à la traçabilité de nos produits, en toute transparence, pour informer les consommateurs sur la qualité premium de nos saumons fumés et sur l’exigence que nous apportons à leur préparation», indique Céline Porterie, General Manager, BU Ingredients, Labeyrie Fine Foods

«Nous avons commencé par étudier les attentes des consommateurs d’aujourd’hui en matière de traçabilité et de transparence. Nous avons monté en interne des groupes de travail multi-métiers, réunissant le marketing, la production, la qualité et les achats», poursuit Céline Porterie.

La blockchain, un complément aux démarches de qualité en place

Dans la continuité de ce travail, l’entreprise s’est mise en quête de technologies lui permettant d’aller plus loin dans sa démarche, en collaboration étroite avec son département informatique. «Nous avons compris ce qu’était la blockchain. Nous avons aujourd’hui en quoi elle peut répondre à notre besoin. Nous visions une transmission de l’information inaltérable et instantanée pour donner accès au consommateur à une information précise», souligne Céline Porterie.

Rapidement, Labeyrie s’est tournée vers la solution blockchain IBM Food Trust dans le cloud, en raison de l’expérience d’IBM sur la blockchain agro-alimentaire. «La dernière étape a été de trouver un fournisseur qui allait pouvoir nous accompagner. Il devait accepter de connecter nos systèmes d’informations respectifs afin de les ancrer dans la blockchain. Partenaire de longue date, le salmoniculteur Cermaq a très vite partagé l’importance du projet. Et plus encore son rôle de pionnier

Le groupe de travail cross-fonctionnel, en collaboration avec les équipes d’IBM, a ensuite travaillé afin de mettre en place les premières blockchains opérationnelles. Le pari a été relevé en moins d’un an. Par la suite, ce dispositif de traçabilité devrait être amené à s’étendre à l’ensemble des gammes de saumon fumé de la marque.

Ces articles parlent de "Blockchain"

Decentralized, Distributed and Public digital ledger

Follow this Topic