«Suite à des informations publiées concernant les sociétés et , le groupe Capgemini indique qu’il n’y a pas de discussions en cours en vue d’une transaction», vient d’indiquer le groupe d’origine française. Une phrase qui montre assez clairement que le projet d’acquisition de n’est pas d’actualité, et que s’il l’a été fin 2014… ce n’est plus le cas !

La semaine dernière, indiquait que Capgemini et le fonds américain de capital investissement Carlyle Group avaient eu des discussions en vue de la potentielle reprise de CSC.

L’entreprise américaine, qui affiche une capitalisation boursière d’environ 10 milliards USD (8,8 milliards EUR) étudie actuellement différentes options stratégiques avec la Banque royale du Canada comme conseil, ont précisé les sources. CSC, Carlyle et la Banque royale du Canada ont refusé de commenter ces informations.

A la Bourse de New York, l’action CSC est à la baisse. Le marché avait été optimiste. Trop ? Le groupe informatique américain est considéré comme une cible potentielle depuis plusieurs années déjà. L’action avait bondi de 7,1% lundi passé après la publication d’informations de presse évoquant un projet de du groupe.

Le fonds spéculatif Jana Partners a annoncé lundi soir détenir 5,9% du capital de CSC et a précisé discuter avec la direction des options stratégiques s’offrant au groupe et de la composition de son conseil d’administration.

S’il avait concrétisé l’acquisition de CSC, le groupe d’origine française aurait dû s’associer à un partenaire américain comme Carlyle partant que certaines activités de Computer Sciences, en lien avec des administrations américaines, ne peuvent être détenues par un actionnaire étranger pour des raisons de sécurité nationale.

Le chiffre d’affaires de CSC a reculé de 4,2% sur les neuf premiers mois de l’exercice en cours, à 9,26 milliards USD. Début février, le groupe a lancé un plan de réduction de ses coûts. En attendant…

Sommaire
Titre
CSC à vendre. Capgemini se désiste
Description
La semaine dernière, Reuters indiquait que Capgemini et Carlyle Group avaient eu des discussions en vue de la potentielle reprise de CSC.
Auteur