La au ? On y pense, on y pense…

par | Mai 14, 2018 | Business | 0 commentaires

Le ministre des Finances Johan Van Overtveldt a commandé une étude devant déterminer l’opportunité d’introduire la blockchain au sein du SPF Finances. Le rapport est attendu pour le printemps 2019, l’ensemble de la mission s’achevant en 2020.

La blockchain au SPF Finances ? Pour le moment, il s’agit seulement d’une «analyse confidentielle» relative à l’impact sur le service public fédéral, également sur les professions du chiffre, les banques et le notariat. Pour le ministre NVA Johan Van Overtveldt, «nous ne pouvons pas rester sans rien faire. Il s’agit d’examiner constamment les nouvelles évolutions et technologies afin de cerner quelles sont les possibilités pour l’organisation du fisc.»

L’étude portera sur trois domaines : l’identification de biens immobiliers et la recherche d’une solution de rechange à l’enregistrement traditionnel de l’achat, de la cession, de la subdivision de ces biens; les contrôles TVA des entreprises belges sont également concernés, notamment une meilleure traçabilité des containers par la douane.

L’étude prévoit également une analyse d’impact confidentielle sur le personnel. Et, plus généralement, sur le rôle de l’Etat et des partenaires. «La stratégie, confirme-t-on au SPF Finances, est d’évoluer vers un service public de plus en plus concentré sur ses tâches essentielles avec une hausse de l’efficacité. Cela peut passer par une diminution accélérée des frais généraux ou de processus et de structures inefficaces. La numérisation et la technologie permettent de faire en sorte qu’une plus grande partie du personnel se concentre plus efficacement sur ces tâches centrales.»

Les conclusions sont attendues pour le printemps 2019, l’ensemble de la mission s’achevant en 2020. La blockchain n’est qu’une piste, pas la solution. Comme l’indique , dans CIO 2018, les projets sont encore rares. Et l’intérêt des CIO marginal…

1% des CIO seulement ont indiqué avoir mis en œuvre une solution utilisant les technologies de blockchain au sein de leurs organisations et seulement 8% confirment leur intérêt pour le faire à court terme ou être déjà en expérimentation active avec la blockchain. En outre, 77% des CIO interrogés ont déclaré que leur entreprise ne s’intéressait pas à ces technologies ou qu’aucune action n’était prévue pour l’étudier ou la développer…

En revanche, comme l’indique le cabinet, «il est essentiel de comprendre ce qu’est la blockchain et ce dont elle est capable aujourd’hui, par rapport à la façon dont elle transformera nos organisations». Y aller donc, mais sans précipitation. «Se précipiter dans les déploiements de blockchain pourrait conduire les organisations à des problèmes importants d’innovation ratée, d’investissement gaspillé, de décisions imprudentes et même de rejet d’une technologie révolutionnaire.»

Pour l’heure, les compétences manquent. Qui plus est, la blockchain nécessite un grand changement dans la culture du département informatique : pas de mise en œuvre de la chaîne de blocs sans ce changement. Le SPF Finances y-est-il prêt ?

 

Newsletter

Dans solutions Magazine de Mars

Solutions Magazine consacrera bientôt des dossiers spéciaux sur : GDPR, Collaboration & Video, Home Protection

> Je désire de la visibilité sur ce sujet
> M'abonner au mensuel papier

Pub

EMC

 
 

Kompass

Le ministre des Finances Johan Van Overtveldt a commandé une étude devant déterminer l’opportunité d’introduire la blockchain au sein du SPF Finances. Le rapport est attendu pour le printemps 2019, l’ensemble de la mission s’achevant en 2020.

La blockchain au SPF Finances ? Pour le moment, il s’agit seulement d’une «analyse confidentielle» relative à l’impact sur le service public fédéral, également sur les professions du chiffre, les banques et le notariat. Pour le ministre NVA Johan Van Overtveldt, «nous ne pouvons pas rester sans rien faire. Il s’agit d’examiner constamment les nouvelles évolutions et technologies afin de cerner quelles sont les possibilités pour l’organisation du fisc.»

L’étude portera sur trois domaines : l’identification de biens immobiliers et la recherche d’une solution de rechange à l’enregistrement traditionnel de l’achat, de la cession, de la subdivision de ces biens; les contrôles TVA des entreprises belges sont également concernés, notamment une meilleure traçabilité des containers par la douane.

L’étude prévoit également une analyse d’impact confidentielle sur le personnel. Et, plus généralement, sur le rôle de l’Etat et des partenaires. «La stratégie, confirme-t-on au SPF Finances, est d’évoluer vers un service public de plus en plus concentré sur ses tâches essentielles avec une hausse de l’efficacité. Cela peut passer par une diminution accélérée des frais généraux ou de processus et de structures inefficaces. La numérisation et la technologie permettent de faire en sorte qu’une plus grande partie du personnel se concentre plus efficacement sur ces tâches centrales.»

Les conclusions sont attendues pour le printemps 2019, l’ensemble de la mission s’achevant en 2020. La blockchain n’est qu’une piste, pas la solution. Comme l’indique Gartner, dans CIO 2018, les projets sont encore rares. Et l’intérêt des CIO marginal…

1% des CIO seulement ont indiqué avoir mis en œuvre une solution utilisant les technologies de blockchain au sein de leurs organisations et seulement 8% confirment leur intérêt pour le faire à court terme ou être déjà en expérimentation active avec la blockchain. En outre, 77% des CIO interrogés ont déclaré que leur entreprise ne s’intéressait pas à ces technologies ou qu’aucune action n’était prévue pour l’étudier ou la développer…

En revanche, comme l’indique le cabinet, «il est essentiel de comprendre ce qu’est la blockchain et ce dont elle est capable aujourd’hui, par rapport à la façon dont elle transformera nos organisations». Y aller donc, mais sans précipitation. «Se précipiter dans les déploiements de blockchain pourrait conduire les organisations à des problèmes importants d’innovation ratée, d’investissement gaspillé, de décisions imprudentes et même de rejet d’une technologie révolutionnaire.»

Pour l’heure, les compétences manquent. Qui plus est, la blockchain nécessite un grand changement dans la culture du département informatique : pas de mise en œuvre de la chaîne de blocs sans ce changement. Le SPF Finances y-est-il prêt ?

Sommaire
La blockchain au SPF Finances ? On y pense, on y pense...
Titre
La blockchain au SPF Finances ? On y pense, on y pense...
Description
Le ministre des Finances Johan Van Overtveldt a commandé une étude devant déterminer l'opportunité d'introduire la blockchain au sein du SPF Finances. Le rapport est attendu pour le printemps 2019, l'ensemble de la mission s'achevant en 2020.
Auteur
Editeur
Solutions Magazine
Logo