Une vue à 360 degrés de la reste un voeu pieux. Dans un monde ultra-connecté et à l’ère du plein essor du big data, les décisions doivent se prendre dans des délais de plus en plus courts. Le pilotage de la doit permettre de contrôler l’exécution des niveaux de service client.

Néanmoins, nombreux sont les responsables logistiques estimant que leurs indicateurs ne sont pas satisfaisants et qu’ils ne bénéficient pas de systèmes agiles leur permettant de répondre à leurs besoins de pilotage, assure QlikView à l’issue d’une récente (*).

La moitié des responsables logistiques interrogés estiment que leurs indicateurs ne sont pas satisfaisants et 60% ne bénéficient pas de systèmes agiles leur permettant de répondre à leurs besoins de pilotage. Aujourd’hui, seuls 48% des répondants considèrent que leurs tableaux de bord leur permettent de suivre les niveaux de service de leurs différents segments de marché. A quand une vue à 360 degrés de la supply chain ?  Une absence de visibilité particulièrement à risque dans un marché très concurrentiel.

 

(*) Etude réalisée par QlikView menée du 15 septembre au 15 octobre auprès de plus de 120 responsables de la logisitique et acteurs de la Supply Chain en France. 

 

> Des indicateurs insuffisants

52% des répondants estime que leurs indicateurs ne sont pas satisfaisants et la quasi-totalité d’entre eux reconnait ne pas avoir les moyens nécessaires pour mener des analyses pertinentes et différentes. Et si plus de la majorité des répondants suivent moins de 10 indicateurs, 40% en suivent entre 10 et 30 : un nombre conséquent d’indicateurs, mais une pertinence à revoir. 

> Trop d’outils d’analyse traditionnels

Les ERP figurent en tête des outils (83%), Excel talonne (80%), puis les solutions WMS. Plus de 70% des responsables logistiques avouent ne pas pouvoir se passer des tableurs dans leurs analyses de la supply chain, conséquence du manque de flexibilité de leurs outils décisionnels. Dès lors, ils sont 78% à avoir besoin de saisir les données manuellement pour compléter les tableaux de bord.

> Une vision encore limitée

Seuls 4% des répondants parviennent à anticiper les risques et opportunités lorsqu’ils mènent leurs analyses de la supply chain et à peine 10% des répondants estiment avoir une vision de la chaine logistique étendue (de la matière première jusqu’au consommateur final). Le défaut d’équipement en outils d’analyse représente le principal frein aux analyses approfondies de la supply chain aujourd’hui.

> La persistance d’une approche en silo

Les principaux freins au pilotage de la supply chain sont le silotage des données et la difficulté à réconcilier des sources hétérogènes, la difficulté à définir des indicateurs partagés par tous les services, l’anticipation de la demande qui semble peu fiable, des outils trop statiques, finalement peu adaptés aux besoins.

Sommaire
Supply Chain : pas de vue  360 degrés !
Titre
Supply Chain : pas de vue 360 degrés !
Description
Le pilotage de la supply chain doit permettre de contrôler l’exécution des niveaux de service client.
Auteur